Napoléon Bonaparte


III. Œuvres extérieures

6. Les transformations positives de notre pays sous l’Empire

    En mars 1792, la 1ère coalition se forme. Dès lors, notre pays, sous la domination autrichienne, entre en guerre contre la France. En novembre 1792, suite à la victoire des Français à Jemappes, les Pays-Bas belges furent attribués à la République française. Mais, cinq mois plus tard, les Autrichiens récupérèrent leurs possessions à la bataille de Neerwinden. Finalement, l’armée française remporte la victoire à Fleurus, le 26 juin 1794. Trois ans plus tard seulement, la Belgique revient officiellement à la France en vertu du traité de Campo Formio en 1797. Notre pays fut donc français de 1794 à 1815 (bataille de Waterloo).

    Lors de cette période française, le territoire belge est remodelé : sa superficie augmente par l’intégration de la principauté-évêché de Liège. Malgré une révolte armée, la guerre des paysans, Napoléon Bonaparte, 1er consul à l’époque, intègre la Belgique à l’Empire français où elle forme neuf départements.

    L'annexion de notre petit pays lui apporte certains avantages, notamment dans les domaines économique, administratif et littéraire.
     

    1. Domaine administratif

    2. À la fin du XVIIIème siècle, l’administration est régularisée. Le gouvernement choisit des préfets de manière très habile ; en effet, pour la plupart, ils s’acquittent de leurs fonctions avec autant de zèle que de dévouement et d’intelligence. Ils étaient des modèles achevés de fonctionnaires. Ils initient la Belgique aux méthodes administratives de la vie moderne, et à la bureaucratie comme nous la connaissons aujourd’hui. Pour leur conduite public, elle est partout la même et conforme aux vues du gouvernement dont ils dépendent. On ne retrouve chez ces hommes nulle velléité d’indépendance dont beaucoup pourtant ont donné des preuves d’énergie et de caractère. Bien que notre administration connaisse un renouveau moderne, les préfets ne restent que des instruments dans la main toute-puissante de Napoléon.
    3. Domaine littéraire

    4. En 1802, les lycées sont créés selon les principes de la Révolution et aux besoins d’une société où domine désormais l’influence des classes possédantes. Le lycée apparaît comme une institution spécifiquement napoléonienne. Si les sciences exactes y restent en honneur comme dans les Ecoles Centrales, la prépondérance y revient cependant à l’enseignement littéraire. La religion n’en est plus bannie : elle y occupe la place que lui assigne le Concordat. Cependant le lycée ne prétend plus former des citoyens mais donner aux enfants des classes dirigeantes une instruction et une éducation qui leur permettent de servir utilement l’Etat. Car l’Etat exerce sur eux un contrôle étroit. Tout est combiné ici pour dresser les élèves au rôle de fonctionnaire ou d’officier. En effet, les élèves sont initiés au maniement des armes et à l’introduction d’une discipline qui leur donne, dès l’école, la préparation militaire.
    5. Domaine économique

    6. Vers l’année 1800, le pays prend son essor industriel. La situation est d’autant plus favorable que les capitalistes disposent maintenant d’un marché pratiquement illimité. Toute la France s’ouvre à leur esprit d’entreprise. Englobée dans le cordon de ses douanes et protégée par lui contre la concurrence étrangère, l’industrie belge va pouvoir dilater sa production et utiliser, dans des conditions qu’elle n’a plus connues depuis le XVIème siècle, l’énergie et l’habilité technique de ses travailleurs. L’ère napoléonienne sera pour elle une ère de renaissance. Et il n’est point jusqu’aux guerres de l’empereur dont elle n’ait profité, puisque ses fabriques ont eu à pourvoir à l’entretien des armées.

      De plus, quelques temps après, l’Escaut est rouvert à la navigation, ce qui permet à Anvers de redevenir un grand centre commercial par où arrivent les matières premières et par où s’exportent les produits nationaux, autrefois détournés par les ports de Hollande. Et même, la Grande-Bretagne voit son chiffre d’affaires décroître puisqu’une puissance ennemie contrôle désormais les principales voies commerciales.



Précédent

Retour vers le sommaire


Athénée des Pagodes Juin 2000 M. Hamelrijckx


Retour vers le sommaire du site de l'Athénée des Pagodes