Humboldt-Fonteyne dans le journal Le Soir

Impensable de négliger la presse écrite, dont nous ne ferons cependant pas le tour ici.
Celui que le sujet intéresse aura toujours la ressource de consulter les archives des journaux belges et de certains journaux français, où l'étonnante exposition de M.A. De Spiegeleire a trouvé quelques riches échos.

Pourquoi s'arrêter au Soir ?

D'abord parce que, dans le cadre des recherches complémentaires menées par les élèves autour de la Collection Humboldt-Fonteyne, le site Internet du Soir, qui met à la disposition du public une transcription électronique de ses archives, a joué un rôle très important. (voir les pages concernées)

Ensuite, parce que l'article de Daniel Couvreur, que nous reproduisons ici avec son aimable autorisation, constitue un bel exercice de style, propre à un riche exercice de commentaire de texte sollicitant l'esprit critique.

 

I. Une lecture éveillée de l'article de Daniel Couvreur.

II. L'article.


I. Les objectifs généraux d'une lecture attentive de l'article de Daniel Couvreur.

1. Exploitation d'un texte comme ressource documentaire dans le cadre d'une démarche critique, voire argumentative. Initiation à la pratique du commentaire de textes en procédant par citations systématiques.

Il s'agit donc de trouver dans le texte de Daniel Couvreur des éléments permettant de fonder, sinon une opinion arrêtée, du moins certaines hypothéses sur la crédibilité de la collection Humboldt-Fonteyne.

Les élèves doivent apprendre :

-à fonder l' interprétation ou même le jugement d' un texte sur des éléments objectifs de ce texte ; à pratiquer  une lecture qui canalise la subjectivité et stimule l'éveil ; à faire, en tant que récepteurs d'un message, un véritable effort de communication ;

-à déterminer clairement l'objectif que poursuit le commentaire, donc les critères qui présideront au choix des citations;
-à pratiquer la citation correctement et efficacement; à évaluer la pertinence des passages du discours en fonction de l'objectif qu'on poursuit ; à intégrer de manière pertinente les citations dans le suivi de leur propre texte ; à les présenter dans les règles.

2. Il s'agit encore de sensibiliser au caractère "autoritaire" de la citation : appuyer son opinion en citant un texte, c'est faire confiance à ce texte, c'est lui reconnaître, à lui, à son auteur, de l'autorité.

Il s'agit enfin d'attirer l'attention sur la valeur nécessairement "autoritaire" que confère à un texte sa publication dans un journal réputé sérieux comme Le Soir. ( voir les paragraphes concernés des commentaires de La Lettre de Gargantua à Pantagruel )  

 

Haut de la page

II. L'article.

 

Nouvelles locales - Bruxelles Mercredi 25 novembre 1998 page 20

 

UCCLE
Exposition fantasmagorique des spécimens d'un ethnologue controversé
La collection interdite du savant fou
Un éternel aventurier de l'arche perdue


Fêlée comme le musée Spitzner de la Foire du Midi, la collection de l'ethnologue Humboldt-Fonteyne vient d'être redécouverte à Krazgoyark, en Sibérie. Ses énigmatiques trophées sont exposés à Uccle, dans l'arrière-boutique de la Plume d'Elephant, entre deux numéros perdus du "National Geographic".
Crâne de dragon chinois, peau de Yéthi tibétain, momie extraterrestre des sables du Sonora... Alexandre Humboldt-Fonteyne était un explorateur en quête éternelle de créatures imaginaires. Charlatan? Imposteur? Personnage singulier du monde scientifique, il n'a rien publié. Dépité par le septicisme de ses confrères, il cherchait les météores et les oeufs de brachiosaures à l'intuition. Il meurt sur le paquebot Ville de Nantes, torpillé par un sous-marin du Reich, à l'aube du 16 juin 1939. Sa soeur hérite des 1.527 curieux spécimens qu'il a rassemblés au cours de sa carrière fantasque. Convoités par les Nazis, ces trésors ont été mystérieusement retrouvés par Michel de Spiegeleire, bruxellois féru de fantasmagorie. Mis en scène par David P., ils sont présentés au public pour la première fois depuis 45 ans dans un décor Jules Vernien.
Humboldt-Fonteyne est un personnage de la fin du XIXe siècle, raconte Michel de Spiegeleire. Il a débuté son parcours scientifique par une campagne de fouilles en Tanzanie, à la recherche de squelettes de dinosaures. En 1917, il est mobilisé dans l'armée prussienne, sur le front des Carpathes. L'artillerie bombarde Kolozsvar et perce une crypte dans laquelle repose la dépouille d'une chauve-souris géante. Son âme romantique y voit la réincarnation du comte Dracul...
Humboldt-Fonteyne était un être chanceux. Il a mis la main sur tous les grands mythes de l'humanité, au mépris du matérialisme scientifique. Peu importe finalement que le savant fou ait existé ou non. L'essentiel pour Michel de Spiegeleire, c'est d'ouvrir au rêve les portes de la troisième dimension. Rue Vanderkindere, les créatures de légende redressent la tête pour donner du sens à la vie. La fiction coiffe enfin la science au poteau de la réalité.
Imprimé dans un carnet de notes Atoma, le catalogue de l'expo se lit comme un Bob Morane. Illustré des plus beaux clichés de l'aventurier, il contient une photo rarissime de l'Homo Marsii (pièce H-F 1346), dont le faciès momifié rappelle étrangement les petits hommes verts de "Mars Attacks!".

DANIEL COUVREUR



- La collection interdite d'Humboldt-Fonteyne, à l'espace Alexandre Humboldt-Fonteyne, 248, rue Vanderkindere, 1180 Bruxelles, jusqu'au 21 décembre, tous les mercredis, jeudis, vendredis, samedis et dimanches, de 10 h 30 à 19 heures. Entrée: 200 F pour les adultes, 100 F pour les moins de 12 ans. Catalogue illustré 650 F, visites guidées (recommandées) sur réservation. Infos: 02-375.59.25.


Un éternel aventurier de l'arche perdue


La biographie d'Alexandre Humboldt-Fonteyne est un bouillant roman d'anticipation, à lire au coin du feu, avec une bouffée de pipe de l'Oncle Paul. En voici quelques morceaux choisis.
1909. D'une expédition dans les collines de Tendaguru en Tanzanie, Humboldt-Fonteyne ramène le gigantesque squelette de brachiosaure qui domine encore aujourd'hui le grand hall du Muséum des sciences naturelles de Berlin.
1923. Humboldt-Fonteyne s'installe à Pékin, où il se lie d'amitié avec le poète Li-Linying. Il visite le palais du Bonheur Justifié dans la Cité Interdite et découvre les caisses contenant les restes du Souverain lézard, préservés par fumigation et recouverts d'oripeaux votifs. Il est convaincu d'être en présence du dragon légendaire des rois de Xia (II e millénaire avant J.C.).
1924. En compagnie de deux sherpas, Humboldt-Fonteyne atteint le sanctuaire de Tasi-Tcho-Songny, sur les pentes du mont Djamalar, dans l'Himalaya. Les moines séduits par ses histoires merveilleuses lui confient le secret du Yeh-Teh, l'esprit des montagnes, dont ils entretiennent la légende en effrayant les villageois.
1927. Humboldt-Fonteyne explore le Loch Ness à l'aide d'un bathysphère conçu par le professeur William Hubble. Il n'a que le temps d'entrevoir une sihouette animale qui s'éloigne rapidement, avec son cou grêle, son corps massif et de grandes nageoires.

Da. Cv.

Cliquez pour accéder au Soir dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur

Haut de la page