La fête du sacrifice

Dans notre classe, 18 élèves sur 21 ont fêté ce dimanche 1° février leur grande fête du sacrifice, l'Aïd al-Adha ou Aïd al-kabir.


Dans le coran, le livre saint des Musulmans, il est écrit que pendant son sommeil, le prophète Ibrahim entendit des voix qui lui demandaient de sacrifier son fils.
Au matin, il en parla à son fils qui lui répondit que si c’était pour Dieu, il acceptait.
Alors qu’Ibrahim s’apprêtait à sacrifier son fils, Isamël, un ange lui dit qu’il ne devait pas le tuer mais plutôt sacrifier le mouton qu’il lui envoyait du ciel.
Ibrahim sacrifia le mouton et depuis ce jour-là, les Musulmans sacrifient chaque année un mouton ou un autre animal pour fêter le jour du sacrifice, au dixième jour du mois Dhoul-Hijja.

La fête du sacrifice est célébrée en famille mais aussi entre amis.
La veille de la fête, nous préparons les biscuits, nous aspirons les tapis, nous nettoyons la maison en profondeur, certains changent les tentures et les coussins des fauteuils…

Tout doit être super propre pour la grande fête.

 

Tout est prêt, il nous reste encore à essayer nos nouveaux vêtements pour la fête
et à nous faire faire des tresses

 

Pendant ce temps là, et même parfois depuis plusieurs semaines, les hommes ont choisi le mouton qui sera sacrifié par la famille. La moitié des familles de la classe iront chercher leur mouton en dehors de Bruxelles, à Mons, à Wavre ou à Antwerpen.
Les moutons pèsent entre 27 et 70 kg et coûtent jusqu'à 200 €. C'est grâce au numéro qu'il porte sur l'oreille qu'on le reconnaïtra.

Certains moutons seront transportés la veille de la fête, ils passeront alors la nuit dans un jardin avec du foin comme nourriture. Les autres ne viendront que le dimanche matin. Souvent on se groupe à plusieurs et on ramène ensemble trois ou quatre moutons dans la camionnette

La journée de la fête commence par la prière à la mosquée, après laquelle tout le monde se souhaite bonne fête, Mabrouk el l'Aïd ou El l'Aïd moubarak. On passe chez les grands parents, chez les oncles, les tantes, les cousins, les amis et on leur souhaite une bonne fête.

C'est alors qu'a lieu le sacrifice du mouton. Pour la moitié des élèves, cela s'est passé à l'abattoir. Les autres ont sacrifié la mouton à la campagne, à plusieurs familles dans le garage d'un ami ou dans le jardin. Le plus souvent, cela s'est passé avec une autorisation de la commune. On peut aussi amener le mouton chez le boucher qui s'occupe de tout.

Le mouton qui pesait 50 kg, n'en pèse plus que 30.

Le repas de fête peut commencer, d'abord le foie mais ce n'est pas très bon, nous les enfants on préfère les brochettes..

Et bien entendu le thé et les gâteaux.

 

Papa ira encore donner un tiers du mouton à des personnes plus pauvres car la fête du sacrifice, c'est aussi la fête du partage.
Nous ce qu'on préfère, c'est de retrouver tous nos cousins et cousines pour écouter de la musique ou jouer à la console video.
Dans les pays islamiques, la fête dure trois jours. Nous, nous étions presque tous à l'école lundi pour vous raconter notre grande fête.
Mabrouk el l'Aïd

Retour à la page d'accueil