Les premières traces d'un bâtiment

L'étude d'un des neuf feuillets d'un des premiers plans de Bruxelles vers 1750 dont deux sont exposés au premier étage de la Maison du Roi, permet de mieux nous rendre compte de ce à quoi ressemblait le quartier à l'époque.  Les plus grandes bâtisses sont des abbayes, des couvents entourés de grands jardins. Les capucins, les brigittines, les soeurs noires, les visitandines, .... s'installèrent dans le quartier.
La Rue Blaes n'existait pas encore, elle sera percée à travers le quartier un siècle plus tard.
Le futur 107 Rue Haute, à cette époque le 97a, se trouvait donc dans un ilôt délimité vers le haut par le Rue Haute, de part et d'autre par les Rues Notre-Seigneur et du Miroir et vers le bas par la Rue des Visitandines.

Il semblerait, qu'en passant  l'entrée du 97a, on aboutissait à un grand jardin sur lequel donnaient un certain nombre d'habitations. On trouvera plus tard, des traces de travaux effectués par la ville pour le remplacement de la porte d'entrée mais avec le droit de servitude, qui permettait donc à d'autres personnes de passer par là pour rentrer chez eux.

A l'emplacement actuel de l'école, en face de la Rue de la Porte Rouge, se trouvait l'ancien refuge de l'abbaye de Forest, un immeuble très vaste dont les jardins touchaient ceux du couvent des visitandines.

En 1686, le marquis de Castanaga l'occupa, et le gouvernement autrichien y installa plus tard la caisse de guerre.