Les travaux d'agrandissement


Le 27 mars 1882, le conseil communal approuve le devis d’une somme de 202 040, 09 F pour la reconstruction de l’école primaire des filles située 97a Rue Haute.
Ce devis est approuvé le 1° août 1883 par la députation permanente.
Le 31 octobre 1882, on trouve la trace d’une longue liste de matériaux pour la nouvelle école.

En 1886, les travaux de transformation ont lieu et donnent naissance à la base de l’école actuelle.
On construit cette année, le préau, les deux ailes des bâtiments qui ne comportent que les caves, le rez de chaussée et un étage. Le bureau de la Directrice était déjà situé à l’emplacement actuel, suivi par les trois classes actuelles, à l’étage on comptait les quatre classes actuelles.
Dans l’autre aile, l’actuel réfectoire était coupé en deux locaux, le premier la bibliothèque salle des professeurs, le second était une classe. Venaient ensuite trois classes puisqu’une classe existait à l’emplacement du début de la salle de gymnastique actuelle.
On retrouvait donc au rez de chaussée la même configuration qu’à l’étage où rien n’a changé sinon que le premier local coté préau était une classe.
La salle de gymnastique est construite à l’emplacement de l’actuelle mais en sous-sol. On y accèdait par un escalier qui longeait le mur du fond des vestiaires actuels et tournait vers la droite en suivant les murs. La salle de gymnastique, en sous-sol commençait à hauteur du mur de façade des classes et dépassait d’environ 2 m du sol. La salle de gymnastique sera surélevée plus tard.
Coté cour, sur toute la longueur du fond de la cour, avaient été aménagées 20 toilettes.
La « petite cour » ne semblait pas encore faire partie de l’école, par contre la « petite maison » existait déjà en prolongement des deux étages existants.

En octobre 1884, pour  la durée des travaux, les classes furent provisoirement transférées dans une partie de l'ancien Palais de Justice, Rue de la Paille.

Le 7 octobre 1887, l'école 15 devenue "école de filles" dont certaines proviennent aussi des écoles 10 et 14, peut enfin commencer à remplir le rôle éducatif pour lequel elle fut reconstruite et très vite, les nouveaux bâtiments accueillent 524 fillettes.
 

Perles de dialogues retrouvés dans les archives:

"Le 10 février 1882, une commission chargée d’examiner les plans de la future école note que comme aucune communication n’est prévue entre les deux ailes du bâtiment au 1° étage, il pourra en résulter certains difficultés de service. "  Cinq ans avant la construction, on relevait déjà des difficultés qui nous permettent actuellement de garder la forme grâce aux nombreuses volées d'escaliers que nous parcourons quotidiennement.

"Le 12 avril 1888, une réponse du « concierge »  à l’échevin qui se plaint de l’état de propreté dans laquelle il a trouvé le vestibule de l’école fait part du fait qu’il n’y ait pas de sortie directe depuis les caves donc un passage par le vestibule est obligatoire même avec des choses salissantes.
L’échevin fait une note manuscrite en marge: « Dire que c’est une nouvelle école ! »"