L'Ecole d'Application Emile André

Très longtemps, l'école d'application et l'école normale seront totalement liées l'une à l'autre. On ne pouvait concevoir une école normale sans la présence de classes primaires, ce qui permettait un savant dosage entre formation théorique et pratique. La directrice de l'école normale était d'ailleurs en même temps directrice de l'école d'application. Il faut attendre 1966 pour voir les premières traces d'une institutrice en chef associée à la directrice en titre.

Lorsque la première école normale pour jeunes filles s'ouvre le 5 août 1878, au numéro 22 de la Rue des Visitandines, l'école d'application qui lui fut associée se situait Rue du Poinçon, 57.
En 1884, l'école d'application est transférée dans les locaux de l'école primaire n°2, Rue du Miroir 106 annexée à l'école normale de la Rue des Visitandines. L'école de la Rue du Poinçon devient l'école primaire n°2. Cette situation continuera pendant 26 ans, les normaliennes à la Rue des Visitandines et les écolières à la Rue du Miroir. On trouve même des traces d'un pensionnat communal, Rue des Visitandines pour les élèves à partir de huit ans.
Le 6 novembre 1910, de splendides nouveaux locaux situés Rue des Capucins 58 accueillent non seulement les jeunes filles de l'école normale mais aussi les écolières de l'école d'application.
 
 
 

Rue des Capucins, 58

Un bâtiment, deux écoles
 

Deux cours, à gauche pour les normaliennes à droite pour les écolières.

En 1914, ce sont l'école normale et sa cadette l'école d'application qui se voient attribuer le nom d'Emile André. Nous aurons donc depuis cette date, l'Ecole Normale et l'Ecole d'Application Emile André.
Une situation idéale mais qui bientôt devra changer car très vite, les locaux deviennent trop exigus.
Dès les années 1925, les classes de l'école d'application (au moins certaines d'entre elles) s'installent dans une école adoptée par la ville Rue saint Ghislain, 58 puis après extension aussi au 60 et au 62.
 

Photo prise en 1926 
Ecole d'Application Emile André à la Rue saint Ghislain.
La même classe en 1929 
Ces photos nous ont été envoyées par Madame Louise Starck-Claessens 

 

Bruxelles  depuis 1828
L'école de la Rue saint Ghislain ne pourra pas héberger l'école d'application éternellement car l'entreprise Jacqmotte implantée dans le quartier doit pouvoir s'agrandir. Elle achète donc les bâtiments du haut de la Rue saint Ghislain.
L'école d'application devra à nouveau déménager.
C'est donc depuis le début des années 60 que la Rue saint Ghislain connait cette largeur inhabituelle entre la Rue Blaes et la Rue Haute, ceci pour permettre le chargement et le déchargement des camions.

En route donc pour la Rue Blaes, 47 que les normaliennes froebeliennes ont quitté pour la place du Marché au Grains. L'école d'application s'établira donc rue Blaes vers les années 50 et jusqu'en 1975 lorsque l'école Emile André rejoindra les locaux du 107 Rue Haute .

A ce moment, l'appellation "école primaire 15 Baron Steens" pour filles et le blason de l'école, rejoignent l'école primaire 7  pour former l'école 7/15 mixte au n° 255 de la Rue Haute sous l'oeil bienveillant de Philippe Marnix, un des principaux acteurs de la révolution contre l'Espagne mais aussi un homme de lettres qui fut un des premiers à faire valoir le rôle de la langue maternelle dans l'enseignement.

Et c'est en 1999, soit après plus d'un siècle d'existence que l'école perdit son qualificatif d'application, puisque l'inspection de la communauté décida que les écoles d'application n'existaient plus.
Depuis cette date, nous sommes simplement l'Ecole Fondamentale Emile André mais nous sommes fiers d'avoir eu un passé à ce point lié à l'histoire de notre quartier.