La chute d'Icare

Pour s'échapper de la tour où ils sont emprisonnés, Icare et son père Dédale se collent,
à l'aide de cire, des plumes d'oiseaux sur le corps.
Ils s'envolent vers la liberté mais Icare, encore bien jeune, ne pense bientôt plus à sa liberté,
mais uniquement à sa joie de voler comme un oiseau.
La cire ne résiste pas à la chaleur du soleil, elle fond et Icare tombe, dans l'eau .

Breughel a peint ici une légende grecque qui date de l'antiquité dans un décor de son temps, le XVI ° siècle. La caravelle (voilier), le bateau qui a permis à Christophe Colomb et plus tard Cortes et à tous les grands navigateurs d'atteindre l'Amérique et de découvrir de nouvelles terres, était le moyen de locomation le plus utilisé au temps de Breughel pour voyager loin.
Dans la plupart de ses tableaux, Breughel mélangent des événements qui ne se sont pas produits au même moment.
Breughel se permet aussi de mélanger les lieux, un paysan flamand laboure son champ et au loin on distingue les montagnes d'Italie et le port de Naples.
Un tableau peint pour le plaisir des yeux, de la couleur et pour nous montrer que même lorsqu'un malheur arrive, le monde continue à tourner. Icare se noie et personne ne s'en inquiète, ni le laboureur, ni le berger qui lui tournent le dos mais même le pêcheur et le marin qui montent le long du cordage et qui sont tout près continuent tranquillement leurs activités.


 
 
 
Un souvenir de l'Italie, le pays par lequel tous les grands peintres passaient pour apprendre les "secrets" de la peinture.
Icare se noie.
Pour le laboureur, vêtu comme au temps de Breughel, vers 1550, pour le berger qui garde tranquillement ses moutons, la vie continue. 
1492 : Christophe Colomb qui espère trouver une autre route pour atteindre l'Inde, découvre un nouveau continent.
1500 : Cortes entre sur le nouveau continent américain et y rencontre les Incas. Sans aucun respect pour ce peuple et pour ses coutumes, il n'a qu'un seul but, rapporter le plus possible de trésors et d'or vers l'Europe.
Retour vers la page de Breughel