"Envie de lire", le site du Comité de lecture jeunesse de la Bibliothèque de Laeken



La libellule / Sophie Seronie-Vivien ; Adeline Bidon (ill.)
Ane bâté, 2015. - N.p.


A travers cet album, Sophie Séronie-Vivien rend hommage à son grand-père, Alfred Coste, et par extension à tous les combattants de la grande guerre. Le texte écrit à la première personne, nous place dans la tête de cet homme, inventeur et passionné d'aviation, à la limite entre le rêve et la folie, alors que tout est chaos et destruction autour de lui. C'est un album complexe et qui ne se livre pas facilement. Ainsi on ne comprend pas tout de suite, même si certains indices, notamment dans les illustrations, auraient pu nous aider, que nous nous trouvons sur un champ de bataille. "Le cahier d'Alfred", complément en fin d'album nous aide à mieux situer l'histoire, le personnage et de mieux comprendre son univers onirique. Le texte, bien que parfois assez cru, peut se concevoir comme un long poème, ainsi que le suggère la mise en page. Les illustrations fines et légères, mêlant dessins et gravures anciennes, en bichromie douce sur un fond crème participent à cette ambiance poétique. Il en est également ainsi de la maquette avec la présence de pages en papier calque qui viennent encore alléger le tout, et l'utilisation des espaces et du choix des caractères. Les auteures jouent aussi sur les contrastes. Contraste entre la nature (arbres, libellules, rouges-gorges) et les machines qu'il s'agisse des engins de guerre ou de la "libellule", engin volant sortie de l'imagination d'Alfred et qui constitue sans doute son refuge au milieu de cette folie des hommes. Contraste des couleurs : la couleurs rouge brique chaude qui peut tout aussi bien représenter la vie ou la mort et le bleue-gris glacial des engrenages ou du paysage de mort qui entoure Alfred. Mais là, encore tout est emmêlé, comme le rêve et la réalité dans l'esprit d'Alfred. Il convient d'évoquer également l'aspect légèrement érotique de l'album lorsque l'engin volant "libellule" devient une allégorie de la femme (à moins que ce ne soit l'inverse ?). Un livre très riche, très énigmatique, à mettre à l'évidence dans les mains des plus grands.
(à partir de 16 ans)

Claire Halgand

retour accueil - page précédent

qui sommes-nous ? - le projet - www.bibliolaeken.be
© Bibliothèque de Laeken